25e anniversaire de la SHVM - l'honorable Marilyn Trenholme-Counsell

 

Remarques par
L'honorable Marilyn Trenholme - Counsell
la lieutenante-gouverneure du Nouveau-Brunswick
à La Société historique de la Vallée de Memramcook inc.
dimanche, le 28 avril 2002

 

C'est une joie et un privilège d'être parmi vous ce soir. Merci du fond du coeur pour votre accueil si chaleureux.

Je tiens à vous féliciter à l'occasion du 25e anniversaire de la Société historique de la Vallée de Memramcook. J'ai lu avec grand intérêt le début de votre société en 1977.

Quelques noms me sont bien connus - particulièrement Mme Murielle Roy, la présidente de la Société Historique Acadienne en 1977, qui a reçu une lettre de votre premier président , M. -Edmond Babineau avec ces mots:

"Vous et vos associés ont participé d'une façon toute spéciale à l'organisation de cette Société. Ensemble nous avons peut-être fait de l'histoire. Mais ce qui est plus important, c'est que nous allons continuer à en faire ... Souhaitons que ce beau commencement nous permette de faire revivre l'histoire de notre peuple et l'aider à grandir. Vive l'histoire acadienne pour que vive le peuple acadien."

Cette célébration est un témoignage à la réussite de ce rêve, et surtout, aux rêves des familles acadiennes de cette belle vallée, et de tous les beaux villages vivant à ce jour à côté de cette terre verdoyante.

J'ai visité à plusieurs occasions le Monument Lefebvre et le Musée de la Société Historique. Chaque fois j'ai été émue profondément par l'histoire, par le courage et la vision - même la force d'esprit des Acadiens et Acadiennes.

Cette province a profité, depuis les années soixante, des grands changements dans notre société, grâce au leadership du premier ministre l'honorable Louis J. Robichaud et des autres premiers ministres qui l'ont suivi.

Pendant cette période, le Canada, le Nouveau-Brunswick, l' Acadie nous avons eu notre propre champion - le fils de la vallée de Memramcook - le très honorable Roméo LeBlanc, le patron de votre Société.

Je veux vous remercier - très humblement et très sincèrement - M. LeBlanc - pour votre dévouement à l'épanouissement de notre vie, collective et individuelle.

Votre inspiration et votre générosité reste au coeur d'un grand nombre de nos accomplissements et votre présence à cette célébration nous dit que votre village natal reste très précieux dans vos sentiments.

L'Acadie est toujours une partie importante de ma vie à l'ancienne résidence du gouverneur, le site de l'ancien village de la Pointe SainteAnne.

Je dis à chaque occasion que je regrette énormément la tragédie des années 1755-1759, mais je suis fière de notre Province bilingue et multiculturelle aujourd'hui.

Les étudiants et étudiantes qui visitent cet édifice historique comprennent bien la nécessité de continuer de grandir ensemble comme une Province tolérante, inclusive, harmonieuse - une Province où l'histoire et les aspirations des Acadiens et Acadiennes peuvent se réaliser à côté des aspirations de toute la population du Nouveau-Brunswick. Ce thème était l'un de mes trois engagements comme votre lieutenante-gouverneure.

Votre histoire et la mienne partagent des dates en commun. Après 19 ans à Toronto, je suis revenue au sud-est du N.-B. en 1977 - la même année de la naissance de votre société. Heureusement, j'ai trouvé une Province très différente de celle que j'ai connue comme enfant dans mon petit village de Baie-Verte et dans les écoles de Port Elgin, où certaines familles ont changé leur nom de LeBlanc à White, et la langue française était trop souvent derrière les portes fermées.

Comme médecin, mes patients sont venus de tous les villages autour de Sackville et de Port Elgin. Pour moi, ma vie professionnelle était riche dans nos deux cultures. Un jour, j'ai reçu un cadeau - une courtepointe faite par des femmes de cette région. Ce précieux cadeau est sur mon lit à Sackville. Il parle de notre amitié.

Ce soir, souvenons-nous des premières familles qui sont arrivées à cette vallée. Auraient-elles pu imaginer la possibilité de ce banquet dans cette magnifique salle, entourée d'une spiritualité et d'une histoire vivante et fière?

Dans ce berceau, leur esprit, leur courage, leurs rêves sont bien représentés - sont bien gardées.

Dans les mots de Mme Antonine Maillet quand elle a écrit de l'Acadie " ...de bons sentiments envers sa mère, Memramcook ... Je défie tout autre village, le mien compris, de prétendre à une telle progéniture."

Memramcook - le berceau de l'éducation en Acadie - avec l'établissement du Collège Saint-Joseph à Memramcook en 1864 par le père Camille Lefebvre.

Je dis toujours que la maison familiale est le berceau du savoir et de l'amour. Peut-être vous m'avez inspiré dans mon engagement dans le domaine de l'alphabétisation de la petite enfance.

Encore une fois, célébrez bien vos premiers 25 ans. Bonne chance pour les prochaines 25 années et toutes les années à suivre.

Merci pour votre attention.

Bonne soirée à tous.